France, Just Focus: Queer Palm, Queer Lion, Teddy Bear, les prix LGBT des festivals du film (french)

Just Focus

Chaque année depuis 2010, la Queer Palm récompense, lors du Festival de Cannes, un film qui traite des thèmes LGBT parmi les films nominés ou inscrits dans la Sélection Officielle, Un Certain Regard, la Semaine Internationale de la Critique, la Quinzaine des Réalisateurs ou encore la section ACID

Le prix, parrainé par un organisme indépendant, a été créé en 2010 par le journaliste Franck Finance-Madureira. Au cours de la dernière édition du Festival de Cannes, c’est 120 Battements par minute de Robin Campillo (également Grand Prix du festival) qui avait décroché la Queer Palm avant d’obtenir le succès qu’on lui connaît aux Césars.

À l’heure ou les voix féminines et féministes se font entendre du côté d’Hollywood et se mobilisent pour une plus grande égalité femme-homme dans le milieu cinématographique, il est à noter qu’en 2015, la Queer Palm s’est dotée d’un jury entièrement féminin !

Toutefois, même si l’objectif est d’aider un film à se faire remarquer auprès des distributeurs et de placer au centre du débat certaines thématiques en marge, la Queer Palm ne fait pas l’unanimité, comme en témoigne la polémique autour du réalisateur canadien, Xavier Dolan, en 2012.

Une récompense qui « dégoûte » Xavier Dolan
Le réalisateur Xavier Dolan avait en effet créé la polémique, notamment auprès des militants, par ses propos tenus dans Télérama :

« Que de tels prix existent me dégoûte. Quel progrès y a-t-il à décerner des récompenses aussi ghetoïsantes, aussi ostracisantes, qui clament que les films tournés par des gays sont des films gays ? On divise avec ces catégories. On fragmente le monde en petites communautés étanches. La Queer Palm, je ne suis pas allé la chercher. Ils veulent toujours me la remettre. Jamais ! L’homosexualité, il peut y en avoir dans mes films comme il peut ne pas y en avoir. »

En s’opposant à la Queer Palm, c’est le bienfondé de ces systèmes de récompenses spécialisées que remet en cause Xavier Dolan, à tort ou à raison.

Le fondateur de la Queer Palm, Franck Finance-Madureira, avait tenu à apaiser les débats :

« Xavier Dolan a toujours porté le même regard sur tout ce qui est étiqueté gay, queer ou LGBT. C’est son point de vue et je le respecte, même si les mots étaient un peu forts. Je pense qu’il craint d’être cantonné à cela. »

Tout en précisant que :

« la Queer Palm, qui récompense un film avant tout sur ses qualités cinématographiques, a été conçue comme un prix de « l’ouverture d’esprit” et ne se borne pas aux questions d’homosexualité, mais aborde également celles de la marge […] un prix ou un festival de cinéma, c’est bien peu de chose. Mais il faut encore faire évoluer les mentalités. Le cinéma peut y contribuer à son échelle. »

L’objectif d’encourager l’ouverture des esprits et de rendre visibles certaines thématiques absentes du septième art n’est pas nouveau puisque la Berlinale et la Mostra de Venise, bien avant le Festival de Cannes, se sont également dotées de leur prix LGBT : le Teddy Award et le Queer Lion Award.

Teddy Award
Récompense cinématographique remise depuis 1987 par un jury international (composé d’organisateurs de festivals de films gay et lesbiens), le Teddy Award est décerné lors de la Berlinale à des films qui célèbrent l’homosexualité au cinéma. Le trophée remis au vainqueur et conçu par Ralf König revêt la forme d’un ours en peluche, d’où son nom.

En 1987, Pedro Almodóvar et Gus van Sant, réalisateurs alors peu connus, sont récompensés lors de la première remise de prix, ce qui a permis de légitimer la crédibilité de cette récompense cinématographique.

Queer Lion Award
Le Queer Lion (Leone Queer) existe depuis 2007 (même si l’idée de Daniele Casagrande datait de 2003) et est remis chaque année à l’occasion de la Mostra de Venise.

« J’ai choisi de soutenir la proposition du Queer Lion comme un prix parallèle parce qu’il représente une reconnaissance due à une culture visuelle solide et toujours à l’avant-garde de l’horizon de l’art. » (Marco Müller, président de la Mostra)

En 2017, le film français Marvin ou la belle éducation d’Anne Fontaine, avec entre autre Finnegan Oldfield et Isabelle Huppert, s’est vu décerner le Queer Lion.

Palmarès de la Queer Palm
2010: Kaboom, de Gregg Araki (USA, France)
2011: Beauty, d’Oliver Hermanus (South Africa, France)
2012: Laurence Anyways, de Xavier Dolan (Canada)
2013: Stranger by the Lake, d’Alain Guiraudie (France)
2014: Pride, de Matthew Warchus (UK)
2015: Carol, de Todd Haynes (UK, USA)
Mention Spéciale: The Lobster, de Yorgos Lanthimos (Irelande, UK, Grèce, France, Pays-Bas)
2016: The Lives of Thérèse, de Sébastien Lifshitz (France)
2017: 120 battements par minute, de Robin Campillo (France)

Avec moins d’une dizaine d’années d’expérience, cette jeune récompense qui a déjà connu débats et polémiques n’en reste pas moins forte symboliquement et promet déjà de se doter d’une longue vie. Il faudra cependant patienter encore un peu avant de connaître la constitution du jury de la Queer Palm de cette 71ème édition du Festival de Cannes.

Just Focus

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *